Skip to main content
Category

Actualités

La société Marula Mining consolide son portefeuille de métaux stratégiques en investissant dans le manganèse au Kenya

By Actualités No Comments

Marula Mining a déjà investi dans plusieurs projets africains de métaux essentiels à la production de batteries pour véhicules électriques, avec le lithium en Afrique du Sud, ainsi que le cuivre et le graphite en Tanzanie. En 2023, la société a également créé une filiale au Kenya.

Marula Mining a annoncé le 1er mars la signature d’un accord avec Gems and Industrial Minerals Limited, pour investir dans la mine de manganèse Larisoro au Kenya, contre une participation commerciale de 60 %. Ce partenariat survient moins d’un an après la création dans le pays d’une filiale locale (Muchai Mining) destinée à investir dans les minéraux critiques.

Selon Jason Brewer, PDG de la société, cet investissement s’aligne avec sa stratégie dans le secteur des métaux de batterie. Il faut en effet souligner que le quatrième métal le plus utilisé au monde, principalement dans la sidérurgie, suscite un intérêt nouveau dans le cadre de la transition énergétique depuis quelques années.

Le secteur des batteries électriques représenterait ainsi 10 % de la demande mondiale de manganèse de haute pureté, et certains producteurs et futurs producteurs du continent tentent donc de se positionner sur ce segment.

Notons que Marula table sur une hausse de la production mensuelle de Larisoro à une fourchette comprise entre 5 000 et 10 000 tonnes. Contactée à propos de la capacité de production actuelle de la mine, Marula Mining n’a pas encore répondu au moment de la rédaction. Dans son communiqué, la compagnie indique simplement que l’exploitation a démarré à Larisoro en 2012, avec une production de manière intermittente au cours des 12 dernières années.

Pour augmenter la production, Marula devrait investir 1,5 million de dollars dans l’achat d’équipements d’extraction, de concassage et de traitement, sous réserve de la signature d’accords de partenariat technique et commercial d’ici la mi-mars 2024. La compagnie mène en parallèle des négociations avancées avec un négociant de matières premières basé en Europe pour lui vendre 100 % de la production.

Pour rappel, l’intérêt de Marula Mining pour le manganèse kenyan pourrait contribuer à l’atteinte des objectifs des autorités locales, qui veulent accroitre la contribution des Mines à l’économie, multipliant les initiatives pour attirer les investisseurs. Actuellement à moins de 1 %, la part des Mines dans le PIB peut atteindre 10 % d’ici 2030, selon les prévisions de la Chambre des Mines.

Emiliano Tossou

Source : Agence Ecofin

Les ventes du plus grand producteur africain de diamants ont baissé de 25 % en 2023

By Actualités No Comments

Le Botswana est le premier producteur africain de diamants. Dans le pays, le gouvernement exploite plusieurs mines, notamment en partenariat avec De Beers, dans le cadre d’une coentreprise dénommée Debswana. Cette dernière a produit 24,7 millions de carats en 2022.

Au Botswana, les ventes du premier producteur africain de diamants Debswana ont baissé de 25 % à 3,44 milliards $ en 2023. C’est ce que montrent des données de la Banque centrale du Botswana publiées le 29 février, et reflétant l’impact sur l’entreprise de la baisse de la demande et des prix sur le marché mondial des diamants, l’année dernière.

Ce ralentissement du marché a notamment obligé à mettre en place des restrictions sur l’offre afin de favoriser une remontée des prix. Alors que les producteurs ont rapporté ces derniers mois une légère amélioration sur le marché, notons que Debswana veut rester prudente cette année et envisage une réduction de sa production.

Pour rappel, Debswana est une coentreprise détenue à parts égales (50/50) par le gouvernement botswanais et De Beers. Un accord signé en juin 2023 oblige désormais la compagnie à vendre 30 % de sa production au négociant national de diamants au Botswana, Okavango Diamond Company, contre 25 % précédemment. Cette part devrait grimper progressivement à 50 % d’ici la fin de l’accord qui s’étend sur une décennie. Le reste de la production est vendu à De Beers.

Source : Agence Ecofin

Le Cameroun suspendu de l’ITIE, faute de participation de la société civile

By Actualités No Comments

L’Initiative pour la Transparence dans le secteur des Industries Extractive (ITIE) a annoncé ce 1er mars 2024, la suspension du Cameroun de son processus « jusqu’à sa prochaine validation », peut-on lire d’un communiqué officiel de l’institution. Il est surtout reproché au pays des efforts insuffisants « dans l’engagement de la société civile et de contraintes imposées par le gouvernement sur la liberté d’expression et la liberté d’association de la société civile ».

Selon Investir au Cameroun, à l’exception des questions relatives à la transparence sur les contrats extractifs et celles sur les bénéficiaires effectifs, le pays a pourtant fourni de nombreux efforts pour permettre une meilleure disponibilité des données sur les paiements déclarés par les entreprises du secteur extractif, y compris la société publique nationale pétrolière, et sur les revenus perçus par les entités gouvernementales appropriées.

Mais le secrétariat international de l’ITIE exige que l’implication de la société civile soit améliorée. A la lecture des analyses de l’institution, au-delà des autorités camerounaises, cette suspension est aussi un message à l’endroit d’une société civile camerounaise qui doit encore faire des efforts.

« Des faiblesses sont notées dans l’engagement de la société civile dans l’ITIE et dans sa capacité à utiliser le processus pour influencer la prise de décision publique. Ces défis sont liés à un manque de responsabilité de la majorité des représentants de la société civile au sein du groupe multipartite (MSG) et à des problèmes de gouvernance plus larges », peut-on lire dans le document de l’ITIE.

La prochaine validation du Cameroun interviendra en avril 2027 et le pays devra apporter des mesures correctives à une vingtaines d’exigences. En plus de cela, il faudra que l’ensemble des acteurs du processus se soient appropriés une compréhension claire de la norme 2023, qui est plus exigeante sur des questions comme la propriété effective ou encore les questions de transition énergétique.

Source : Agence Ecofin

Au Nigeria, les mesures de lutte contre l’exploitation minière illégale peinent à être efficaces

By Actualités No Comments

Sous le président Buhari et sous le régime actuel du président Tinubu, la lutte contre l’exploitation minière illégale est devenue une priorité au Nigeria. L’accent mis sur la répression montre cependant des limites, nécessitant la mise en place d’alternatives.

Le Nigeria peine à réduire l’ampleur de l’exploitation minière illégale, malgré la multiplication des mesures ces dernières années. C’est l’une des conclusions qu’on peut tirer de l’annonce le 1er mars dernier de la création d’une nouvelle unité armée de lutte contre le problème.

Le gouvernement a en effet mis en place des « Mining Marshals », une unité de répression fédérale placée sous l’autorité du Nigeria Security and Civil Defence Corps (NSCDC). Les membres de cette unité seront mobilisés sur les 1975 sites miniers illégaux répertoriés dans le pays, ont rapporté plusieurs médias locaux le week-end écoulé. Notons que les Mining Marshals viendront gonfler les rangs des unités de lutte contre l’exploitation minière illégale, qui intensifient depuis quelques mois leurs actions contre les mineurs illégaux.

Cependant, plusieurs analystes jugent que la répression est insuffisante pour venir à bout de l’exploitation minière illégale. Dans un rapport publié en février par la CEDEAO, les auteurs soulignent notamment la nécessité de formaliser l’exploitation artisanale en favorisant la création de coopératives ou la mise en place de zones d’exploitation officielles. Le Nigeria peut aussi s’inspirer de l’exemple du Ghana qui, après des années de répression contre les mineurs illégaux, y associe actuellement la proposition d’alternatives à ces derniers.

Il peut s’agir de la création de programmes d’insertion à l’emploi pour les mineurs qui veulent changer d’activité, ou alors de la formalisation de l’activité minière pour ceux qui veulent poursuivre. Dans ce dernier cas, Accra fournit notamment des équipements miniers permettant de produire de l’or avec un impact environnemental moindre, notamment en n’utilisant plus le mercure, un produit toxique servant au traitement de l’or.

Pour rappel, le Nigeria dispose d’immenses réserves d’or, de charbon et de minerai de fer. Alors que la contribution du secteur minier nigérian reste en dessous de 1 % du PIB, l’intégration des mineurs illégaux dans les circuits officiels pourrait contribuer à augmenter cette part.

Emiliano Tossou

Source : Agence Ecofin

Bénéfice m² en baisse de 82 % alors que les prix du lithium chutent

By Actualités No Comments

Le chilien SQM, deuxième producteur mondial de lithium, a publié mercredi une baisse de 82 % de son bénéfice net du quatrième trimestre par rapport à l’année précédente, en deçà des prévisions alors que les prix du métal clé pour batteries ont continué de baisser par rapport aux sommets précédents.

La société minière, qui produit également des engrais et des produits chimiques industriels, a déclaré un bénéfice net trimestriel de 205,9 millions de dollars, inférieur aux 317 millions de dollars attendus par les analystes interrogés par LSEG, après une baisse progressive de ses bénéfices au cours de 2023.

Le chiffre d’affaires pour la période a chuté de 58% à 1,31 milliard de dollars, également en retard par rapport aux prévisions de 1,35 milliard de dollars de LSEG.

SQM a déclaré avoir vendu des volumes record de lithium au cours du trimestre, atteignant environ 51 000 tonnes métriques, soit une hausse de près de 20 % par rapport à l’année précédente, alors même que les prix moyens ont chuté de 73 %.

La société a déclaré qu’elle s’attendait à ce que les volumes de ventes de lithium augmentent de 5 à 10 % cette année, avec une demande mondiale qui devrait augmenter de 20 %, tout en avertissant qu’une offre excédentaire maintiendrait les prix stables.

“L’excès de lithium et de matériaux pour batteries… devrait se poursuivre cette année, maintenant la pression sur les prix du marché du lithium”, a déclaré le directeur général de SQM, Ricardo Ramos, dans un communiqué.

Les approvisionnements mondiaux en métal pour batteries de véhicules électriques ont dépassé la demande en 2023, alimentant une surabondance qui a pesé sur les prix et poussé des producteurs comme Albemarle, le plus grand fournisseur mondial, à supprimer des emplois et à suspendre leur expansion.

SQM a déclaré qu’elle prévoyait de produire 210 000 tonnes de carbonate de lithium au premier trimestre de cette année alors qu’elle intensifie ses opérations au Chili, ajoutant que les dépenses d’investissement pour 2024 s’élèveraient à environ 1,3 milliard de dollars.

Le cours de l’action du groupe a chuté d’environ 30 % au cours des 12 derniers mois.

SQM a également déclaré qu’elle travaillait avec les communautés de la région chilienne d’Atacama alors qu’elle finalisait les détails de son accord avec la société minière publique Codelco, signé en décembre, dans le cadre d’un plan gouvernemental visant à renforcer le rôle de l’État dans le secteur du lithium.

L’accord a déclenché des protestations de la part des groupes autochtones locaux qui ont bloqué les routes menant à SQM, provoquant une pause dans les opérations.

(Par Sarah Morland et Daina Beth Solomon ; édité par Kylie Madry et Tom Hogue)

Source : mining.com

Les stocks d’or languissent

By Actualités No Comments

Les actions des sociétés minières aurifères continuent de dépérir sérieusement, s’approchant de leurs plus bas niveaux. Il s’agit d’une anomalie majeure compte tenu du contexte haussier de ce secteur. Consolidant juste sous un niveau record, les prix élevés de l’or alimentent de gros profits pour les mineurs. De nombreuses actions aurifères sont incroyablement sous-évaluées et massivement survendues, ce qui représente des affaires phénoménales. Il est donc grand temps qu’ils reviennent à la moyenne bien plus haut pour réaliser de gros gains.

Pratiquement personne ne s’intéresse aujourd’hui aux actions aurifères, les spéculateurs et les investisseurs ont oublié ce secteur à contre-courant au fort potentiel. La raison principale est l’extrême euphorie qui se dégage de cette dernière bulle boursière générale. La course avide à la chasse aux actions de l’IA a éclipsé presque tout le reste. Mais cette ruée vers les mégacapitalisations technologiques a forcé le ratio cours/bénéfice du S&P 500 à une bulle de 31,6x !

Le chef de file de cette manie spéculative populaire est NVIDIA, le chouchou du marché des puces IA. Il vient de publier un trimestre spectaculaire, mais se négocie toujours à des valorisations extrêmes de 65,6x et 32,1x les bénéfices et les ventes sur les douze derniers mois ! L’action NVDA a grimpé en flèche de manière parabolique, s’étendant de 67 % au-dessus de sa moyenne mobile de 200 jours ! Alors que les explosions verticales se terminent toujours mal, les investisseurs particuliers achètent de manière agressive à un prix élevé.

Le week-end dernier, ma famille a assisté à trois grandes fêtes vendredi, samedi et dimanche, des fêtes de fin de saison pour les équipes de basket-ball compétitives de mes enfants. NVIDIA était le principal sujet de conservation, qui revenait encore et encore. Des dizaines de parents qui ne sont pas des gens en bourse discutaient avec enthousiasme du fait qu’ils venaient de déployer beaucoup d’argent dans la montée en flèche de NVDA ou qu’ils le feraient bientôt ! Cette bulle de l’IA a captivé le grand public .

Mais une fois qu’un titre de bulle maniaque parabolique aspire tous les acheteurs disponibles à court terme, des krachs s’ensuivent inévitablement. NVDA a également grimpé en flèche fin 2021, grâce à un battage médiatique extrême pour l’extraction de crypto-monnaie à l’aide de ses puces graphiques. L’indice S&P 500, valorisé en bulle, s’est replié dans une tendance baissière assez légère en 2022, chutant de seulement 25,4 % de janvier à octobre. Pourtant, au cours de la même période, NVDA, le chouchou du marché, a chuté de manière catastrophique de 66,4 % !

Les marchés sont toujours cycliques, en hausse et en baisse. Les bulles gonflent puis éclatent, et les secteurs circulent et refluent en faveur et en disgrâce. Les secteurs chauds s’effondrent et les secteurs négligés montent en flèche. Les jours sont donc définitivement comptés pour ces anomalies extrêmes du marché, cette bulle de l’IA et ces actions aurifères qui languissent. Des retours à la moyenne importants se produisent suite à des changements majeurs dans l’allocation du capital. Cela stimulera presque certainement l’or et les stocks d’or.

Les actions aurifères sont normalement des jeux de levier sur leur métal, ce qui détermine largement leurs bénéfices et, en fin de compte, le cours des actions. L’or se porte en fait très bien, ce qui est éclipsé par une bulle boursière. La dernière hausse de ce cours haussier de l’or a progressé de 14,2 % entre début octobre et fin décembre, atteignant deux nouveaux records nominaux de clôture. Au pire depuis lors, l’or a simplement subi un léger recul de 4,2 %.

En milieu de semaine, à 2 033 $, la jeune hausse de l’or est toujours en hausse de 11,7 % et l’or n’est que de 2,2 % en dessous du niveau record nominal . Depuis le début du trimestre, le prix moyen de l’or s’élève à 2 027 $, ce qui constitue le plus haut jamais observé. Les mineurs d’or réalisent de gros profits grâce à ces prix de l’or élevés, que leurs actions finiront par refléter. Pourtant, le principal indice boursier aurifère GDX se négocie comme si rien de tout cela n’existait.

Début octobre, lorsque l’or a plongé à près de 1 820 $, donnant naissance à la hausse d’aujourd’hui, le GDX a chuté jusqu’à 25,91 $ à la clôture. Les principales valeurs aurifères qui le composent étaient extrêmement survendues, le GDX s’échangeant à moins de 85 % de sa MM200j. C’était une configuration parfaite pour que les actions aurifères reviennent nettement à la hausse avec la nouvelle hausse de l’or. Cela a en effet commencé à se produire fin décembre, le GDX ayant alors bondi de 23,5 % à 32,01 $.

Mais cela n’a permis qu’un effet de levier haussier de 1,7x sur l’or, et historiquement, GDX a amplifié les mouvements majeurs de l’or de 2x à 3x . Les stocks d’or étaient donc à la traîne, mais ne languissaient pas. Les gains sur les actions aurifères ont tendance à s’accélérer plus tard lors de la hausse de l’or, lorsque l’enthousiasme des traders augmente. C’est un peu comme si NVIDIA tirait paraboliquement lors de l’explosion terminale de cette bulle boursière d’IA. Plus les actions grimpent rapidement et haut, plus les traders se précipitent pour les chasser.

Les hausses de l’or font deux pas en avant avant d’un pas en arrière, sous la forme de retraits pour rééquilibrer le sentiment. Ceux-ci saignent d’une cupidité excessive, prolongeant ainsi la longévité de leurs membres. L’or a reculé pendant la majeure partie du mois de janvier et début février, poussé à la baisse par la vente de contrats à terme sur l’or en réponse à un rallye baissier du dollar américain . Même si les ventes à terme ont été intenses et que l’or a également été éclipsé par la bulle boursière, le repli qui en a résulté a été léger .

Une fois de plus, l’or n’a chuté que de 4,2%, au pire, à 1 991 dollars à la mi-février. C’était loin d’être suffisant pour susciter une peur significative, mais c’est quand même le cas. Les actions aurifères sont restées tellement en disgrâce que GDX a plongé de manière démesurée de 19,1 % lors de ce repli de l’or ! Cela a donné lieu à un effet de levier baissier excessif de 4,6x sur l’or, beaucoup plus important que la normale. Les traders d’actions aurifères paniqués sans raison ont ramené le GDX à 25,89 $.

C’était un cheveu en dessous des niveaux de début octobre, lorsque l’or s’échangeait à près de 1 820 $. Ainsi, toute la hausse des actions aurifères a été effacée , même si l’or se maintient en hausse de 9,4 % à son plus bas ! Cette grave déconnexion constitue une énorme anomalie qui n’est pas durable. Ce graphique GDX de ces dernières années met en évidence l’absurdité du cours des actions aurifères aujourd’hui. Les actions aurifères croupissent à des niveaux observés pour la dernière fois début novembre 2022, lorsque l’or valait 1 675 $ !

La récente chute des actions aurifères est hautement illogique, motivée par une peur irrationnelle et insoutenable. Voir les stocks d’or si bas par rapport aux prix élevés de l’or en vigueur est une anti-bulle, à l’opposé du moonshot hyper-suracheté de NVIDIA. Les valeurs techniques des actions aurifères ont été battues à des niveaux de survente extrêmes, le GDX étant tombé à seulement 88 % de sa moyenne mobile de 200 jours en milieu de semaine ! Les traders sont majoritairement baissiers à l’égard des actions aurifères.

Étant dans le secteur des newsletters financières, j’ai la chance de recevoir de nombreux commentaires. J’en suis reconnaissant, en pensant au verset biblique des Proverbes : « Comme le fer aiguise le fer, ainsi un homme en aiguise un autre. » Et après un quart de siècle à rédiger nos newsletters, des modèles de retours précis sont évidents. Les traders sont très enthousiasmés par les actions aurifères lorsqu’elles sont élevées à la fin des hausses majeures , puis les méprisent lorsqu’elles sont basses après de fortes ventes.

La teneur globale des e-mails entrants s’avère depuis longtemps un excellent indicateur de la confiance envers les actions aurifères. Dernièrement, la situation a été complètement misérable, avec une forte proportion de retours sur le thème « les actions aurifères sont mortes », vous êtes un imbécile. Les spéculateurs comme les investisseurs ont totalement capitulé face à ce secteur , convaincus qu’il est voué à une spirale toujours plus basse indéfiniment. Ce n’est que lors des creux majeurs des stocks d’or, avant de grandes hausses, que la baisse est aussi aiguë.

Cela garantit pratiquement que les actions aurifères sont sur le point de grimper à la hausse lors d’un grand rallye de retour à la moyenne, ce qui éradiquera cette peur excessive. Cela sera alimenté par la propre montée en puissance de l’or suite aux achats massifs de contrats longs à terme sur or par les spéculateurs avec retour à la moyenne. Étonnamment, comme je l’ai analysé dans mon essai de la semaine dernière , les positions longues totales sur les spécifications qui contribuent à une hausse majeure de l’or ont été complètement inversées par rapport aux niveaux de début octobre !

Ainsi, bien que l’or soit désormais 11,7 % plus élevé, les spécifications disposent en réalité d’une plus grande puissance de feu en capital disponible pour acheter des positions longues que lorsque l’or était proche de 1 820 $ ! Après de récents épisodes de spéculation acheteur retombant à des niveaux excessivement baissiers, l’or a fortement augmenté. La normalisation de ces paris par les spéculateurs a tendance à propulser l’or vers une hausse d’environ 12 % en six semaines environ ! Les stocks d’or en difficulté s’envoleraient certainement à cause de cela.

Cela s’explique en partie par le fait qu’ils sont anormalement bas par rapport à l’or, ce qui nécessite une forte reprise surperformante pour rattraper leur retard. Mais une dynamique beaucoup plus rare entre également en jeu : de nouveaux prix records de l’or . Une fois de plus, l’or n’est qu’à environ 2 % des nouveaux records, donc une poussée normale de 12 % alimentée par les achats de contrats à terme le catapulterait en territoire record nominal . De nouveaux records génèrent une large couverture médiatique financière haussière.

Cela alimente un enthousiasme croissant, attirant plus de commerçants et de capitaux que d’habitude. Les deux dernières avancées de l’or ont atteint de nouveaux records en 2020 avec des gains monstres de 42,7 % et 40,0 % ! Rappelons que celui d’aujourd’hui n’était en hausse que de 14,2%, au mieux fin décembre, encore jeune. De telles hausses d’or puissantes génèrent d’importants achats d’actions aurifères. Le GDX a explosé de 76,7 % et 134,1 % de plus lors des dernières puissantes hausses de l’or, se forgeant en territoire record !

Mais les actions aurifères baissières et profondément survendues ne sont pas les seules raisons pour lesquelles une forte poussée de retour à la moyenne est imminente. Les fondamentaux des sociétés minières aurifères soutiennent également des cours boursiers beaucoup plus élevés. Peu d’analystes dans le monde en savent autant que moi sur les bénéfices des actions aurifères. Au cours des 30 derniers trimestres consécutifs, j’ai minutieusement analysé les derniers résultats des 25 plus grandes actions de composants de GDX dans des essais trimestriels.

Alors que la saison des résultats du quatrième trimestre 2023 est en cours, les sociétés minières aurifères étrangères ne termineront pas leurs rapports avant la mi-mars ou la fin mars. J’ai hâte de commencer ce projet analytique lorsqu’un nombre suffisant d’entre eux auront fait rapport. Pour l’instant, les derniers résultats trimestriels complets des principales sociétés aurifères sont toujours ceux du troisième trimestre 2023. L’or s’est élevé en moyenne à 1 926 dollars ce trimestre-là, tandis que les coûts de maintien globaux du top 25 du GDX étaient en moyenne de 1 304 dollars. Cela a généré des bénéfices unitaires implicites du secteur de 622 $ l’once.

Au quatrième trimestre 2023, le prix moyen de l’or a grimpé à 1 976 $, juste en dessous du record historique de 1 978 $ du deuxième trimestre. Comme discuté en profondeur dans mon récent essai sur les bénéfices des sociétés minières d’or au quatrième trimestre 2023 , les AISC moyens du dernier trimestre seront probablement autour de 1 275 $. Cela générerait de gros bénéfices de 701 $ l’once , dans la partie supérieure de la fourchette des 30 derniers trimestres. Et avec une moyenne trimestrielle record de 2 027 $ pour l’or au premier trimestre 2024, les bénéfices continuent de grimper !

Les mineurs d’or de GDX n’ont pas bénéficié de bénéfices unitaires de plus de 700 $ depuis le deuxième trimestre 2021. Pourtant, à la mi-février, le GDX a de nouveau été ramené aux prix observés pour la dernière fois début novembre 2022. Ce mois-là, le GDX s’élevait en moyenne à 26,92 $ à la clôture, bien au-dessus des plus bas de la mi-février. Pourtant, les bénéfices unitaires du top 25 du GDX ce trimestre-là étaient bien inférieurs, à seulement 463 $. S’ils atteignaient effectivement 701 $ au quatrième trimestre 2023, cela représenterait une croissance massive de 51,3 % d’une année sur l’autre !

Les prix des actions aurifères doivent fondamentalement être bien plus élevés pour refléter leur très forte rentabilité. Habituellement, ce secteur de haut vol a des valorisations plus élevées, mais un nombre surprenant de sociétés minières d’or se négocient désormais à des P/E TTM bas à deux chiffres, voire à un chiffre ! Les actions aurifères croupissent à des prix parmi les plus bas jamais enregistrés par rapport aux bénéfices sous-jacents. Les anticonformistes devraient se précipiter pour acheter ces bonnes affaires.

Il est intéressant de noter que la dernière fois que le GDX s’est négocié à un niveau aussi bas, début novembre 2022, c’était au début d’une forte hausse de 63,9 % du GDX sur 6,5 mois ! À l’époque comme aujourd’hui, les traders pensaient à tort que les actions aurifères étaient condamnées étant donné qu’elles étaient techniquement très malmenées. Pourtant, alors que la moyenne de l’or est rapidement revenue à la hausse suite aux gros achats de contrats à terme sur l’or des spéculateurs , les actions aurifères ont explosé à la hausse, amplifiant les gains de leur métal. Cela reviendra bientôt.

Et en parlant de faiblesses techniques, jetez un autre œil à ce graphique. GDX a subi une importante panne jusqu’à des niveaux sérieusement survendus. Pourtant, cet ETF dominant sur les actions aurifères n’a pas chuté sous le soutien de son canal de tendance haussière. Parfois, les prix de l’or et des actions aurifères s’écartent brièvement de leurs tendances haussières, allant à la fois au-dessus et au-dessous. Mais ces mouvements hors tendance s’avèrent généralement anormaux et de courte durée, comme c’est le cas aujourd’hui.

Les extrêmes du marché ne durent jamais longtemps, car l’avidité ou la peur excessive nécessaire pour les provoquer s’inverse rapidement. Cette étonnante bulle boursière IA dirigée par la parabole NVIDIA ne durera pas très longtemps. Lorsqu’elle apparaîtra et se retournera de manière décisive, les investisseurs se souviendront qu’ils doivent diversifier leurs portefeuilles riches en actions. Cela dissipera l’ombre des marchés boursiers sur l’or et les actions de ses sociétés minières, déclenchant ainsi d’importants achats de retour à la moyenne.

En ignorant entièrement la demande d’investissement en or , les achats longs de contrats à terme sur or des spéculateurs devraient à eux seuls faire grimper l’or d’environ 12 % dans environ six semaines. Une telle poussée par rapport au plus bas de la mi-février ferait grimper l’or au-dessus de 2 225 $, profondément dans un nouveau territoire record au-dessus des 2 077 $ de fin décembre. Il ne fait aucun doute que les achats d’actions aurifères exploseraient à cause de cela, catapultant potentiellement le GDX de 50 à 60 % plus haut à court terme !

Les petites sociétés minières d’or de niveau intermédiaire et junior , fondamentalement supérieures, dans lesquelles nous nous spécialisons devraient s’en sortir bien mieux. Ils sont mieux à même d’augmenter de manière constante leur production à partir de bases plus faibles, et leurs capitalisations boursières plus petites permettent aux entrées de capitaux d’augmenter plus rapidement. Nos livres de trading de newsletter regorgent actuellement de titres d’or de plus petite taille, qui devraient exploser considérablement à mesure que la hausse de l’or reprend.

En fin de compte, les stocks d’or languissent. Les ventes excessives ont ramené le GDX aux niveaux de début octobre, lorsque la hausse actuelle de l’or est née. Pourtant, cela n’a fondamentalement aucun sens, l’or restant environ 12 % plus élevé. Ces stocks d’or sérieusement survendus et marqués par une tendance baissière capitulatoire constituent une anomalie qui s’avérera de courte durée. Ils devraient bientôt revenir nettement à la hausse avec l’or.

Malgré la consolidation d’un niveau proche d’un record, la progression haussière de l’or va bientôt reprendre sur les gros achats longs de contrats à terme sur l’or. Incroyablement, tout ce qui alimentait la jeune hausse de l’or a été inversé, rechargeant entièrement les achats à long terme. Après des positions longues excessivement baissières similaires, les achats avec retour à la moyenne ont propulsé l’or à la hausse d’environ 12 % en six semaines environ. Les stocks d’or battus s’envoleront à mesure que cela poussera l’or vers un territoire record.

(Par Adam Hamilton)

Source : mining.com

Le Canada interdit les importations indirectes de diamants russes

By Actualités No Comments

Le gouvernement canadien a annoncé vendredi des restrictions sur les importations indirectes de diamants russes pesant 1 carat et plus, dans le cadre d’une initiative coordonnée avec d’autres pays du Groupe des Sept (G7).

La dernière restriction s’ajoute à l’interdiction sur les diamants russes annoncée en décembre et fournira aux Canadiens « une assurance supplémentaire que les diamants qu’ils achètent ne soutiennent pas la guerre illégale de la Russie », a déclaré le ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Le Canada a été à l’avant-garde de l’imposition de barrières économiques au régime Poutine depuis qu’il a lancé sa brutale invasion illégale à grande échelle de l’Ukraine, qui a causé des pertes dévastatrices aux Ukrainiens. Avec nos alliés et partenaires, nous avons imposé des sanctions sévères au régime russe, et nous continuerons de le faire pour demander des comptes à Poutine et à ses complices », a déclaré la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

La Russie est le plus grand producteur mondial de diamants bruts, avec une production évaluée à plus de 4,7 milliards de dollars environ en 2022. Elle est également un important exportateur mondial de diamants et de produits diamantés, la valeur totale de ses exportations dépassant 5,2 milliards de dollars la même année.

Ensemble, les pays du G7 représentent 70 % du marché mondial du diamant.

À la suite de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie en 2022, le Canada a sanctionné la société d’État russe Alrosa.

Le Canada a également révoqué le statut de nation la plus favorisée de la Russie, ce qui a effectivement imposé un tarif de 35 % sur toutes les importations russes au Canada.

Cela a entraîné une diminution drastique de la valeur de toutes les importations russes, y compris les produits qui seront soumis à cette interdiction, passant de 327 224 dollars en 2022 à 13 440 dollars pour les huit premiers mois de 2023.

Source : mining.com

Les ventes de diamants Debswana en baisse de 25,1% en 2023 en raison de la faiblesse de la demande

By Actualités No Comments

Les ventes de diamants bruts de Debswana Diamond Company ont chuté de 25,1 % en 2023, selon les données publiées jeudi soir par la banque centrale du Botswana, alors que le ralentissement économique a frappé la demande d’articles de luxe aux États-Unis et en Chine et que la concurrence des pierres précieuses de synthèse s’est intensifiée.

Debswana, détenue à parts égales par le Botswana et la De Beers d’Anglo American Plc, vend 75% de sa production à De Beers, le reste étant repris par la société publique Okavango Diamond Company (ODC).

La banque centrale a déclaré que Debswana a vendu des diamants pour une valeur de 3,44 milliards de dollars en 2023, contre 4,59 milliards de dollars enregistrés en 2022, année au cours de laquelle la coentreprise a réalisé des ventes record.

La production de Debswana en 2023 a augmenté de 2 % pour atteindre 24,7 millions de carats et la société a annoncé qu’elle réduirait sa production cette année pour s’adapter aux conditions du marché.

Ces derniers mois, les principaux acteurs du secteur ont pris des mesures pour réduire l’offre excédentaire, l’Inde – qui taille et polit 90 % des diamants bruts du monde – mettant en place une pause d’importation de deux mois, tandis que l’ODC a annulé ses enchères de novembre et décembre.

Matshidiso Kamona, responsable des affaires générales de Debswana, a déclaré à Reuters en janvier que la société réduirait sa production compte tenu de la baisse de la demande de diamants bruts sur le marché mondial, mais n’a pas révélé l’objectif de production pour 2024.

Le Botswana et la De Beers ont convenu en juin de l’année dernière d’un nouvel accord de vente de diamants de 10 ans, qui verra la part de l’ODC dans la production de Debswana augmenter à 30 %, avant d’augmenter progressivement jusqu’à 50 % d’ici la fin du nouveau contrat.

(Par Brian Benza, édité par Bhargav Acharya et Elaine Hardcastle)

Source : mining.com

Le projet BatMan utilise des lasers pour optimiser les batteries des véhicules électriques

By Actualités No Comments
Les chercheurs démontrent le nouveau processus de création de motifs laser de BatMan, qui modifie la microstructure des matériaux des électrodes de la batterie pour améliorer les performances de la batterie. (Image de Donal Finegan, NREL) .

Un récent projet de fabrication de batteries dirigé par le Laboratoire national des énergies renouvelables (NREL) du Département américain de l’énergie – affectueusement appelé BatMan – a développé un nouveau processus de structuration au laser pour modifier la microstructure des matériaux des électrodes de batterie . Ce processus de fabrication a le potentiel de débloquer des améliorations significatives du transport électrifié.

« BatMan s’appuie sur l’expertise du NREL en utilisant l’ablation laser, des modèles informatiques avancés et la caractérisation des matériaux pour relever les principaux défis de la fabrication de batteries », a déclaré Bertrand Tremolet de Villers, co-responsable du projet et scientifique principal au sein du groupe Thin Film and Manufacturing Sciences du NREL.

« Ce nouveau processus de modélisation laser à haut débit, démontré à grande échelle avec des techniques de fabrication roll-to-roll de pointe, utilise des impulsions laser pour modifier et optimiser rapidement et précisément les structures d’électrodes , offrant ainsi une avancée considérable dans les capacités des batteries. avec un coût de fabrication supplémentaire minimal.

Selon Tremolet de Villers et son équipe, la composition matérielle, l’épaisseur et la conception structurelle des électrodes peuvent avoir un impact sur la capacité, la tension et la vitesse de charge de la batterie. Par exemple, doubler l’épaisseur des électrodes de 50 μm à 100 μm augmente la densité énergétique d’une cellule de batterie d’environ 16 %. Cependant, cette épaisseur accrue rend plus difficile la charge rapide de la batterie sans causer de dommages à long terme dus au placage au lithium, ce qui réduit la durée de vie de la batterie .

Compte tenu de cet état de fait, l’industrie des véhicules électriques a besoin d’une conception de batterie révolutionnaire qui combine les avantages d’électrodes plus épaisses et d’une charge rapide sans augmenter les coûts de fabrication. L’équipe de recherche de BatMan répond à l’appel avec un processus qui optimise les structures des électrodes et rationalise la production de batteries.

Le réseau de pores

Des recherches antérieures du NREL ont mis en lumière comment des motifs complexes de minuscules trous dans une électrode, connus sous le nom de réseau de pores, peuvent débloquer des améliorations de la batterie. Ces pores microscopiques créent des points d’accès pour augmenter la diffusion ionique, permettant aux ions de se déplacer plus rapidement pendant la charge et la décharge sans endommager la batterie. Bonus de fabrication, ces pores accélèrent également la saturation de l’électrolyte lors du processus de mouillage, qui consiste à injecter un électrolyte liquide dans la cellule pour faciliter la circulation des ions entre les électrodes.

“Les premières conversations entre les chercheurs sur les batteries du NREL et les scientifiques des matériaux ont révélé une opportunité d’utiliser l’ablation laser pour configurer ces réseaux de pores”, a déclaré Donal Finegan, co-responsable du projet et scientifique principal du groupe de stockage d’énergie du NREL. « Avec le soutien de nos partenaires industriels, BatMan a établi un nouveau processus pour intégrer cette technique dans la fabrication des batteries. Mais d’abord, nous devions savoir quels types de pores apporteraient les plus grands avantages à la batterie.

Algorithmes génétiques

Pour évaluer différentes formes, profondeurs et distributions de canaux poreux, les chercheurs se sont tournés vers le modèle de diffusion analytique d’optimisation de la conception du réseau de pores secondaires de batterie lithium-ion de NREL. L’algorithme génétique a également pris en compte les limitations matérielles spécifiques du laser utilisé pour créer les pores. Ces modèles avancés ont permis d’identifier la disposition optimale des pores : un motif hexagonal de pores soumis à une ablation laser avec une profondeur de 50 % de l’épaisseur du revêtement de l’électrode. L’étude a également révélé que l’ajout de canaux droits sur toute la largeur de l’électrode améliorait considérablement le mouillage de l’électrode par rapport aux électrodes non structurées.

Une fois un réseau de pores cibles identifié, l’équipe BatMan a commencé à travailler sur le prototypage et la caractérisation à petite échelle de l’électrode à motif laser. Les scientifiques ont utilisé un système laser femtoseconde d’Amplitude Laser Group avec une optique de balayage à grande vitesse contrôlée par un galvanomètre pour l’ablation laser, travaillant en étroite collaboration avec l’équipe d’Amplitude pour obtenir un contrôle précis du laser en fonction de la position, de la puissance, de la fréquence et du nombre d’impulsions. 

Cellules de batterie
Cellules de batterie. (Image de Donal Finegan, NREL) .

« Notre collaboration avec NREL a permis d’intégrer le laser dans leurs capacités de recherche existantes pour soutenir les objectifs du projet BatMan », a déclaré Quentin Mocaer, responsable hiérarchique chez Amplitude. « Nous avons également reçu des informations précieuses sur la manière dont les futures conceptions de systèmes et les nouvelles technologies pourraient encore améliorer ce processus à l’échelle industrielle. »

Les chercheurs du NREL ont appliqué des outils de caractérisation avancés pour évaluer les performances des électrodes ablation laser. Tout d’abord, les chercheurs ont appliqué la tomodensitométrie à rayons X et la microscopie électronique à balayage pour analyser les caractéristiques morphologiques de la structure de l’électrode et valider les améliorations de la batterie. Ensuite, les modèles multiphysiques du NREL ont illustré comment une meilleure uniformité des structures réduisait le risque de placage au lithium lors d’une charge rapide. Enfin, l’équipe BatMan a assemblé de petites cellules de batterie pour évaluer les architectures d’électrodes optimisées en action. L’analyse électrochimique des cellules ayant subi une ablation laser a démontré des performances de charge rapide supérieures, avec une capacité supérieure de près de 100 % après 800 cycles. 

Rouler à rouler

Après de nombreux cycles d’ablation laser, de caractérisation et d’ajustement, il était temps d’intensifier le processus pour une démonstration à haut débit. La plupart des usines de fabrication de batteries utilisent une ligne de traitement continue à rouleaux, connue sous le nom de ligne roll-to-roll, qui lie le mélange de matériaux actifs sur une surface en aluminium. Les chercheurs ont utilisé la ligne roll-to-roll de NREL pour démontrer et réduire les risques de la compatibilité de ce nouveau processus afin d’encourager son adoption par les fabricants de batteries.

“Après près de trois ans de recherche, notre équipe a traité avec succès 700 mètres de matériau d’électrode double face, prouvant que l’ablation laser est une technique évolutive et économiquement réalisable pour la production roll-to-roll de batteries lithium-ion”, a déclaré Finegan. “L’ampleur de cette démonstration était unique au NREL et montre comment le soutien stratégique des laboratoires peut faire progresser les processus industriels.”

NREL a renvoyé le matériau d’électrode optimisé au partenaire de fabrication de BatMan, Clarios, où les experts ont assemblé des batteries de 27 Ah commercialement pertinentes pour une évaluation plus approfondie. Une inspection précoce à l’aide de l’imagerie acoustique EchoStat de Liminal Insights indique que les électrodes ablationnées au laser mouillent plus rapidement et plus uniformément que les cellules de base. Des diagnostics non destructifs supplémentaires valideront les améliorations de performances attendues et garantiront la sécurité et la qualité des batteries avant que cette technologie n’entre sur le marché.

Le temps nous dira combien de temps il faudra avant que les cellules par ablation laser soient intégrées aux véhicules électriques, mais l’équipe du NREL est optimiste. L’analyse technico-économique du processus de structuration laser estime un coût supplémentaire minime pour la fabrication des batteries, inférieur à 1,50 $/kWh, soit moins de 2 %, et les avantages en termes de performances sont indéniables. Les chercheurs du NREL ont également découvert que les débris de graphite collectés au cours du processus d’ablation laser peuvent être directement réutilisés pour fabriquer de nouvelles cellules de batterie sans aucun impact significatif sur les performances des cellules, ce qui présente l’opportunité de réduire davantage le coût des électrodes d’ablation laser.

“Notre expérimentation à l’échelle du laboratoire montre que les électrodes ablationnées au laser pourraient doubler le taux de charge des véhicules électriques “, a déclaré Finegan. “Il s’agit d’une évolution technologique qui pourrait modifier la fabrication conventionnelle, non seulement pour les batteries lithium-ion, mais également pour la chimie des batteries de nouvelle génération.”

Source : Agence Ecofin

Le ministère indonésien des Mines s’efforce d’approuver davantage de quotas de nickel et d’étain

By Actualités No Comments

Le ministère indonésien tente de remédier aux retards dans l’approbation de nouveaux quotas de volume minier, a déclaré lundi un responsable du ministère de l’Énergie et des Ressources minérales.

Le ministère a déjà approuvé des quotas, connus sous l’acronyme indonésien RKAB, pour 145 millions de tonnes de minerai de nickel et 14 millions de tonnes de bauxite, a déclaré Tri Winarno, directeur du développement des activités minières au ministère, ajoutant que l’accent est actuellement mis sur RKAB. autorisations pour l’exploitation minière du nickel et de l’étain.

Cette année, l’Indonésie a prolongé la validité du RKAB de un an à trois ans afin de réduire la fréquence à laquelle les entreprises doivent demander les quotas, mais Tri a précisé que les volumes approuvés jusqu’à présent ne concernent que 2024.

« Ce (volume) est pour cette année. Nous continuons d’accélérer le processus d’approbation », a-t-il déclaré.

Tri n’a pas précisé combien d’entreprises ont obtenu les approbations RKAB.

Les mineurs et les fonderies ont été préoccupés par les retards dans les approbations, sans lesquelles ils ne peuvent pas mener leurs activités minières.

En janvier, les exportations de produits indonésiens en étain ont chuté de 99 % en raison du retard.

Tri a déclaré que le plus grand mineur d’étain d’Indonésie, PT Timah, société contrôlée par l’État, a obtenu ses quotas miniers, ainsi qu’un certain nombre de sociétés privées d’étain.

(Par Bernadette Christina Munthe et Fransiska Nangoy ; édité par Martin Petty et Christian Schmollinger)

Source : Agence Ecofin